Comme le dit M Le maire Alain Lalabarde...
Montcuq le salon du livre
- Youtube Montcuq.


- Montcuq Livres
le CONTACT montcuq.org le forum lotois accueil M selon montcuq.org auteur montcuq.org Théâtre acte 1
montcuq dans le Lot

La dégringolade du canton de Montcuq au niveau lotois

...
De Maurice Faure au canton de Luzech

La dégringolade ?

Après la "grande époque" (bizarrement, localement, nul ne semble en garder de grands souvenirs 1963 - 1994 !) où le conseiller général, Maurice Faure cumula cette fonction avec la députation (1951 à 1983), le sénat (1983 à 1988), la mairie de Cahors (1965 à 1989), la présidence du Conseil Général (1971 à 1994), les fonctions ministérielles (on passe sur les postes occupés avant 1963, secrétariat d’État, Ministre de l’Intérieur du gouvernement Pierre Pflimlin durant trois jours, Ministre des Institutions européennes pour retenir : Garde des Sceaux, ministre de la justice du gouvernement Pierre Mauroy, du 22 mai au 23 juin 1981, Ministre d’État, ministre de l’Equipement et du Logement du gouvernement Michel Rocard du 12 mai 1988 au 22 février 1989), Montcuq se donna à un successeur incapable d’entrer à l’Assemblée Nationale ni de s’assoir sur le plus grand fauteuil du Conseil Général. En plus la bourgade y perdit sa flamme. Oui, sa flamme postale.



Et maintenant, il va falloir s’en référer à Luzech ou Castelnau. La dégringolade, je vous dis !

à part ça, ça m’étonnerait que le prochain Conseiller Général (départemental, j’ai retenu) en charge du secteur me consulte au sujet de la politique Culturelle du département, et même que le prochain maire de Montcuq me confie la supervision du salon du livre. Non, le plus embêtant, c’est simplement l’impossibilité de communiquer sur « mon catalogue. » Même les bibliothèques de Montcuq et Castelnau ne possèdent aucun de mes livres ! Mes pièces de théâtre, même celles pour enfants traduites en anglais, allemand, italien, espagnol, jouées jusqu’en Biélorussie, nul ne les connaît ici. « Le Conseil Général partenaire de la Culture » ! La nature des affinités nécessaires n’est pas précisée. Naturellement, je n’écris pas pour ces gens-là, qui prétendent s’occuper d’art mais ne font qu’appliquer les souhaits de l’oligarchie... C’est juste une conclusion, histoire des coups de pieds aux culs indispensables. Y’aura peut-être « des jeunes » pour prendre le relai...




Les cantons

Comme le déficit budgétaire
Nous dit qu’il est nécessaire
De supprimer
Quelques dépenses superflues
Il serait temps de réaliser
Qu’en France y’a un peu trop... d’élus

Quand on sait qu’les grandes décisions
L’ONU en a la mission
Après j’égrène
T’as l’Union Européenne
L’Elysée Matignon les régions
En a-t-on besoin des... cantons

Les compétences du département
Demandent tout bonnement
Une commission
Au sein des régions
Plus besoin d’un bataillon
Pour remuer du vent

La disparition des cantons
S’rait une vraie évolution
Mais cette chanson
Va finir dans un carton
Pour cause d’interdiction d’antenne
Pas d’place pour les idées... qui gênent

Comme le déficit budgétaire
Nous dit qu’il est nécessaire
De supprimer
Quelques dépenses superflues
Il serait temps de réaliser
Qu’en France y’a un peu trop... d’élus

Les compétences du département…

Je ne suis pas l’inconnu qui parle aux oreilles des puissants ! Même les interprètes de mes textes n’y chantent pas. Bref, la réforme des cantons est passée, je laisse cette chanson attendre son miracle. Et pour notre canton, c’est bien la disparition. Aucune larme, même de crocodile. Après les rumeurs et indiscrétions, est venu le temps de la publication par leur dépêche de la carte « officieuse », celle qui naturellement reste à valider par le ministre de l’Intérieur. Naturellement le préfet à consulté et c’est logiquement dans leur bravda que le peuple fut informé (rassurez-vous : je n’ai jamais acheté ce quotidien mais il m’arrive de consulter des articles gratuits sur Internet). Quatorze de nos communes rejoindraient Luzech quand Saint-Matré et Saux s’aggloméreraient à Puy-L’évêque.
Intercommunalité ou canton, mes livres ne devraient pas bénéficier du moindre centime d’argent public… Le contact direct avec les lectrices et lecteurs fut une nécessité. Cette faiblesse s’avère une sorte de force. Oui, c’est difficile. Vivre de peu, et même moins. Tenir. Jack-Alain Léger a eu tort de se suicider. Mais sûrement une conséquence logique de sa grande erreur, le besoin d’être accepté par des gens dont il vilipendait pourtant (et bien plus) les comportements…



Votre impression en quelques mots



Voir sujet précédent du forum
Si vous souhaitez aborder un autre sujet : Vous pouvez débuter un nouveau sujet en respectant le thème du site.

sur le forum : Sénèque et la crainte de la mort : version 2018 en vidéo
LIRE PROPOS et commentaires.